WPD - WPD - Waterfronts Parc Drilon - Visitor Center

Une fenêtre paysagère sur le lac Ohrid

Tushemisht
2018 / en cours...

maître d'ouvrage : Village de Tushemisht et l’Albanian-American Development Foundation

mission : marché d'urbaniste coordonnateur, maitre d'œuvre urbain et architectural

étendue : 150 ha

équipe : Proap // Paysage-Urbanisme (mandataire) et Obras // Architecture-Urbanisme

 

Dans le cadre de la mission d’urbaniste coordonnateur et maitre d'œuvre urbain et architectural du projet du Waterfronts Parc Drilon à Tushemisht en Albanie portant sur la requalification du village, de son littoral et la construction d’un office du tourisme en bois et torchis, l’équipe a étudié l’aménagement d’un espace d’information, de vente et de réunion destiné aux habitants et aux visiteurs. L’écrin de verdure sur lequel viendra s’implanter l’équipement et la vue directe sur le lac Ohrid, relègue l’architecture au rang de simple support. Le bâtiment est conçu comme une fenêtre paysagère s’ouvrant sur la montagne au sud, les sources d’eau douce à l'est et le lac au nord. La structure en pans de bois et torchis permet une mise en oeuvre locale et une inscription respectueuse du site.

 

Le parc naturel de Drilon se situe entre la rive sud du lac Ohrid et la chaîne des montagnes de Valamares, non loin de la frontière entre la Grèce et l’Albanie. Sa situation exceptionnelle dans une plaine alluviale sillonnée par un réseau de canaux, en fait un lieu de villégiature privilégié en Albanie. Le village de Tushemisht et l’Albanian-American Development Foundation ont lancé un concours pour la valorisation de ce patrimoine naturel à travers un vaste projet de développement urbain basé sur le tourisme.  Les agences Proap et Obras ont compris le site comme un système complexe dans lequel le lac, le réseau de canaux, le paysage agro-rural et la montagne forment un équilibre. L’objectif du projet est de prendre conscience de ce système naturel en s’y inscrivant d’une manière durable.  Pour cela, le projet consiste à densifier le réseau de canaux existant et à construire des liens fonctionnels entre les nouveaux bâtiments et le paysage aquifère. Ceci à travers des activités économiques (éco-tourisme, horticulture, pisciculture), techniques (traitement des eaux usées, barrages) ou de nouveaux usages (loisirs, déplacements). Cette nouvelle relation au paysage, allant vers une redécouverte de sa valeur écologique et économique est le vecteur d’un développement durable.

 

La proximité du village de Tushimisht et la proximité du projet d’office du tourisme avec le bâti existant est aussi une des problématiques soulevées. Les nouveaux bâtiments s’intègrent dans la trame agricole existante et leur architecture reprend les éléments du vocabulaire local (toit à double pente, faible hauteur). Quant au patrimoine existant vétuste de Tushemisht, une série de recommandations a été formulée pour mener à bien leur réhabilitation.